Accueil du site > L’association > GAS in english > Témoignage d’Hélène, SVE à Newcastle

Témoignage d’Hélène, SVE à Newcastle

jeudi 15 septembre 2016, par GAS

Le projet "A Taste of Mobility" (ATOM) coordonné et réalisé par le Groupe d’Appui et de Solidarité et la ville d’Amiens, ville candidate pour la capitale européenne de la jeunesse pour l’année 2019, a permis d’envoyer deux groupes de jeunes volontaires en Italie (novembre 2015) et à Newcastle en Angleterre (mars 2016) pour une durée de deux semaines. L’intitulé du projet « A Taste of Mobility » nous indique d’ores et déjà l’objectif de cette expérience : donner un coup de pouce aux jeunes amiénois qui, à travers de ce projet, ont vécu une expérience interculturelle enrichissante leur permettant de se (re)découvrir à travers de la rencontre de l’autre. La mobilité et l’engagement solidaire doivent alors être considérés comme des outils de développement personnel, social et professionnel qui s’inscrivent dans une perspective globale d’insertion ici et ailleurs.

Hélène C., volontaire en SVE du projet ATOM à Newcastle en Angleterre en mars 2016, nous raconte comment elle a vécu cette expérience au sein de la structure ‘OpportUNITY’. Merci à elle d’avoir pris le temps de réaliser cette interview avec Maria R., volontaire en service civique chez GAS à Amiens.

Maria : Hélène, comment as-tu connu le SVE ? Hélène : J’ai connu le SVE par le biais du site « espace job ». C’est d’ailleurs là que j’ai trouvé le SVE à Newcastle proposé par GAS.

Maria : Qu’est ce qui t’as amené à te lancer dans l’aventure ? Hélène : J’avais envie de repartir à l’étranger suite à mon séjour Erasmus qui m’avait beaucoup plu.

Maria : Quelle était ta situation avant le SVE ? Hélène : Suite à ma licence, j’avais commencé un master en administration mais ça ne s’est pas concrétisé, j’étais donc disponible.

Maria : Quelles étaient tes craintes ? Hélène : Je ne connaissais pas les personnes avec qui j’allais partir donc je ne savais pas à quoi m’attendre. Aussi, je craignais que le projet ne soit pas intéressant.

Maria : Où est tu parti et quelle était ta mission ? Hélène : Nous sommes allés à Newcastlle, en Angleterre. Nous n’avons pas eu de mission à proprement parlé, le projet n’était pas clairement identifié. La première semaine nous avons fait des visites de la ville et des alentours et rédigé un article puis la deuxième semaine était plus intéressante, en présence de la responsable des projets de GAS. Maria : Avant le départ vous avez eu une préparation ? Hélène : Oui, les 6 autres jeunes et moi-même on s’est retrouvés pendant 2 jours dans les locaux de GAS pour se rencontrer et parler du voyage. On a pu entre autre faire des jeux pour se présenter et des mises en situation en cas de difficulté ou de conflit. J’ai trouvé ça bien parce que je suis quelqu’un de plutôt réservé et ça nous a permis de briser la glace entre nous.

Maria : Comment s’est passé le voyage ? Hélène : Intense, nous avons enchainé plusieurs moyens de transport mais c’était bien organisé. On a pu se reposer sur notre accompagnatrice Ornella qui avait tous les papiers.

Maria : Y avait-il une bonne ambiance dans le groupe ? Hélène : Oui il y a eu une bonne entente dans le groupe, nous étions soudés. Je suis restée en contact avec la plupart des personnes.

Maria : Où étiez-vous logés ? La langue était elle une barrière ? Hélène : Nous étions logés dans une maison près de la mer à 30 min en métro de Newcastlle, les chambres étaient en dortoir. Il y a eu quelques histoires, mais tout s’est bien passé. Grâce aux cours d’anglais que l’on a eu là bas, malgré que ce soit des bases, je n’ai pas eu peur de la langue et ça s’est bien passé.

Maria : Comment s’est passé le retour ? Hélène : J’étais heureuse de rentrer chez moi, notamment pour le confort du lit ! Et puis nous avons fait une après midi de bilan tous ensemble chez GAS.

Maria : Quels sont les points négatifs de ce voyage ? Hélène : Le projet, le transport entre la structure et le logement et de ne plus avoir de contact avec certaines personnes.

Maria : Que t’as apporté ton SVE ? Hélène : J’ai pu apprendre sur mon comportement en collectivité et dans l’ensemble je suis heureuse d’avoir participé ce SVE.

Ce projet a été cofinancé par la Commission Européenne dans le cadre du programme Erasmus+.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0